En quoi consiste la norme électrique dans la salle de bain ?

Installation salle de bain

La salle d’eau est une pièce qui doit répondre à des conditions de sécurité strictes et à des critères de qualité spécifiques. Si vous envisagez de rénover votre salle d’eau ou souhaitez installer des prises de courant, il est essentiel de vous référer aux règles édictées par la N FC 15-100. Pour en savoir plus, « Schneider Electric » met à votre disposition le guide de la réglementation en vigueur et les conditions d’installation électrique. Découvrez tous les produits d’équipement électrique et les mesures de sécurité de la norme électrique salle de bain.

Norme NF C 15-100 et salle de bain

La N FC 15-100 est la réglementation qui régit les aménagements électriques en France. Elle concerne tout ce qui a trait au réseau électrique et les appareils situés en aval du disjoncteur d’un abonné. Elle définit notamment la sécurité des biens et des personnes ainsi que le confort d’utilisation d’un logement.

Toutes les pièces sont concernées par les recommandations de la N FC 15-100 toutefois, elle préconise des mesures de sécurité plus renforcées pour la cabine de douche. En effet, la salle d’eau nécessite une prudence particulière, car l’eau et l’électricité ne font pas bon ménage. Avant toute installation, il est donc important de se référer à la loi N FC 15-100 salle de bain.

La notion des volumes de sécurité

Puisque l’eau et l’électricité ne cohabitent pas, pour mieux garantir la protection des occupants d’une maison, les spécialistes ont pensé à mettre en place certaines alternatives. La question des volumes de sécurité est ce qu’il y a de plus indiqué pour éviter les cas d’électrocution dans la douche. La N FC 15-100 pour salle d’eau distingue 3 volumes différents. Chacun des volumes (de 0 à 2) correspond à un niveau d’exposition selon les équipements électriques qu’il est possible d’utiliser dans chaque catégorie ou non. Chaque zone a été minutieusement étudiée pour ce qui est des risques éventuels en rapport avec l’électricité. Plus le risque de contact avec les éclaboussures d’eau est élevé et mieux l’on évitera d’y installer des appareils. Pour installer un interrupteur ou une prise de courant dans une douche, il faut d’abord mesurer sa position dans l’espace et vérifier qu’il s’intègre dans le volume 0, 1 ou 2. Les autres parties de la salle d’eau sont considérées comme étant « hors zone ». Autrefois, il existait un volume 3, mais désormais, grâce aux rectifications apportées par l’amendement 5 de la règle N FC 15-100, le reste de la salle d’eau est hors volume.

Les 3 volumes définis par la N FC 15-100

En matière d’aménagement électrique, certaines zones sont plus exposées que d’autres. Dans une cabine de douche, l’installation des équipements électriques dépend de ces volumes ou périmètres de sécurité.

• Le volume 0 correspond au bac à douche, à la baignoire ou à la partie où l’on prend le bain. De même, le volume 0 concerne tout espace caché situé en bas du receveur. Il est formellement interdit de brancher un équipement électrique dans la zone directe destinée à recevoir l’eau.

• Le volume 1, c’est la zone au-delà de la douche, c’est-à-dire celle à partir de laquelle l’eau est projetée autour du volume 0. Le volume 1 est délimité par les abords du receveur et/ou par une distance de 2,25 m en hauteur du bac de douche. On peut y installer un chauffe-eau sécurisé contre les projections d’eau et placé le plus haut possible. Les canalisations doivent être fabriquées avec du matériel conducteur et le circuit d’alimentation doit être protégé par un dispositif différentiel de haute sensibilité.

• Le volume 2 correspond à une zone de sécurité et s’étend sur une distance de 60 cm au-delà de la limite du volume 1. Seuls les appareils de faible intensité tels que les sèches cheveux ou les rasoirs électriques y sont autorisés. Toutefois, ils doivent être de classe II et sécurisés par un dispositif différentiel de 30 mA.

Indices de protection IPX et classes d’équipement électrique

L’indice de protection IP a pour but de garantir un bon niveau de protection en ce qui concerne l’interaction entre l’électricité et l’eau. C’est un standard international concernant l’étanchéité d’un équipement. Les circuits électriques comprennent une isolation qui varie en fonction de l’épaisseur, des matériaux utilisés, de la densité, etc. On distingue notamment 3 types de protection IP pour l’isolation des équipements pouvant être installés dans une douche.

• IPX4 : tient compte des projections d’eau dans toutes les directions ;

• IPX5 : se rapporte aux projections contre les jets d’eau de toutes directions ;

• IPX7 : porte sur les projections contre les impacts de l’immersion temporaire dans l’eau.

Pour une meilleure efficacité, un système de classe a été instauré pour les équipements électriques pouvant être installés dans une cabine de douche. La classe I comprend tous les appareils électro-ménagers, les appliques ou les convecteurs devant être obligatoirement connectés à la terre. A contrario, la classe II comprend tous les autres appareils ne devant pas être forcément reliés à la terre. En France, la tension electrique de courant dans une douche doit être de très basse tension de sécurité (TBTS), c’est-à-dire qu’elle doit être inférieure à 50 V. 

Contacter un artisan serrurier à Liège pour dépannage d’urgence
Installation d’adoucisseur d’eau : trouver un spécialiste en Île-de-France